Choisissez entre Homme, Femme et Enfant pour découvrir nos articles de sport
Athlétisme : que dois-je manger pour aller plus vite ?

Athlétisme : que dois-je manger pour aller plus vite ?

  • #Equilibre
  • #Détails
  • #Résultat

L’entraînement permet d’améliorer ses performances. Une bonne alimentation est également nécessaire pour progresser. Notre experte Muriel Hurtis nous livre la recette des sprinteurs.

"Il n'y a pas de produit miracle"

Il n’y a pas de produit miracle pour aller plus vite. Mais faire attention à son alimentation au quotidien, c’est quelque chose qui me semble essentiel. Il faut évidemment surveiller son poids parce qu’un moindre kilo en plus, ça se sent sur la piste (sourire). C’est comme si on courait avec une ceinture lestée. Donc il faut manger équilibré, au quotidien, en évitant les petits écarts... Ne pas trop consommer des aliments gras ou sucrés. On évite aussi les aliments qui vont amener de la toxine supplémentaire comme la viande rouge, ou les aliments acides qui vont user les tendons et les articulations. On va plutôt privilégier les crudités en entrée. Par exemple, avec des carottes et des concombres. Ensuite, des féculents, riz, blé ou pâtes, accompagnés de légumes. Et pourquoi pas de la viande blanche. En dessert, ce sera plutôt un produit laitier et un fruit.

Une somme de petits détails qui font la différence

Les jours où on n’est pas en effort (absence de compétition ou pas d’entraînement), on diminue la portion de féculent et on augmente celle de légumes. Et les repas doivent être pris trois heures avant l’effort pour que la digestion ait le temps de se faire, c’est un paramètre très important qui évite de se retrouver dans des situations compliquées. A commencer par porter atteinte à notre performance uniquement parce qu’on ne se sent pas bien... Parce que si on court en pleine digestion, on a moins d’énergie disponible. Idem quand on est en compétition. Si on doit courir une série à 10h, on prend un petit déjeuner à 7h. Et si on court sur plusieurs séries de façon rapprochée, on peut s’octroyer une petite collation pour refaire le plein d’énergie avec céréales, fruits et fromage blanc. On peut faire des siestes aussi mais il faut être éveillé au moins 3h avant la course.

On dirait qu’il y a plein de choses à mettre en place et ça peut « faire peur », mais ce sont une somme de petits détails, de petites choses, qui font vraiment la différence au quotidien. Et si on néglige cette partie de notre préparation, il y a peu de chance de voir des résultats à la clé.