Quelles chaussures pour les 0 à 6 ans ?

Quelles chaussures pour les 0 à 6 ans ?

  • #flexibilité
  • #largeur
  • #biomécanique

Le pied est un élément essentiel. Avec près de 7000 terminaisons nerveuses, cela en fait un outil merveilleux capable de s’adapter à toutes les déformations et à toutes les situations possibles que l’on peut rencontrer lors de la marche. Bien être chaussé est indispensable, mais comment bien choisir pour ses enfants quand on est parent ?

Les tout-petits : il est préférable de les laisser pieds nus

Un pied libre de tout mouvement va permettre le développement d’un pied robuste, avec des muscles stabilisateurs forts et une bonne proprioception à l’inverse d’un pied qui va devenir faible si trop contraint et surprotégé.

Il est donc essentiel de laisser les pieds du tout-petit nus afin d’être libres et mobiles. Le chaussage n’est pas utile pour son développement et son apprentissage de la marche, le bébé a besoin de ressentir les contraintes du sol et ainsi tonifier ses muscles plantaires.

Si en fonction du climat, des habitudes sociales ou de l’environnement, vous voulez chausser votre enfant, il faudra faire très attention à certains critères physiologiques. Oubliez l’esthétique, pensez à ce qui est bon pour votre enfant.

En effet, il est actuellement scientifiquement bien démontré (2016 Schultz – 2014 Hollander – 2011 Wegener) que le port de chaussures chez l’enfant a des effets sur sa biomécanique. Pourquoi modifier cette dernière avec des chaussures non physiologique sur un pied en bonne santé et en cours de développement ? D’autant que, comme le rapporte « la clinique du coureur » la majorité des chaussures pour enfants disponibles actuellement sur le marché sont fabriquées à partir de matériaux rigides, équipés de support d’arche et d’un talon surélevé qui les rendent inconfortables.

Les critères indispensables pour trouver la bonne paire

La fonction primaire de la chaussure est de protéger le pied du chaud, du froid, des blessures, sans entraver pour autant sa mobilité et sa perception des contraintes du sol.

La paire de chaussures de l’enfant doit donc répondre à certains critères indispensables : elle doit être confortable, légère, flexible et avoir une interface sol-pied la plus fine possible afin de garder les sensations du sol tout en protégeant le pied.

A partir du moment où la marche est bien acquise (entre 10 et 18 mois en moyenne) et pour les années à venir, la chaussure doit être ajustée correctement à la longueur du pied. Pour cela, il est indispensable de la mesurer en position debout les deux pieds de l’enfant en veillant à bien allonger les orteils. En effet les tout-petits ont tendance à recroqueviller les orteils.

Une fois chaussé, un moyen simple de vérifier la bonne longueur est de passer un doigt entre le talon de l’enfant et la chaussure, cette distance permet une bonne mobilité des orteils.

Parallèlement à la forte croissance staturo-pondérale, les pieds vont se développer en gagnant une pointure tous les 2 mois entre 0 et 2 ans et tous les 3 mois entre 2 et 3 ans. A partir de 4 ans il faut compter une à deux pointures par an. Il est donc indispensable de contrôler la bonne longueur tous les 2 mois d’autant plus que les petits enfants se plaignent que très tardivement de chaussures trop petites.

La variabilité de la largeur des pieds en charge doit également être contrôlée en pinçant l’empeigne de la chaussure entre le pouce et l’index pour s’assurer d’une largeur convenable.

La bonne chaussure doit présenter un espace suffisant en largeur et en longueur

La chaussure doit également disposer d’un système de réglage de la largeur du cou du pied par velcro en petite, moyenne et grande section pour permettre à l’enfant de mettre et d’enlever ses chaussures seul et c’est à partir du cours préparatoire qu’il fera l’apprentissage des lacets.

Les autres points essentiels qui doivent orienter la décision des parents est la légèreté et la flexibilité de la chaussure. Pour vérifier la bonne souplesse on doit pouvoir tordre la chaussure dans les différents plans. 

« Pour un pied sain et en dehors de toutes pathologies, c’est à la chaussure de s’adapter au pied et non l’inverse ! »